[Interview] Sentons-nous vivants avec INCA – La Bagatelle Classique

Parlons peu, parlons musique. Sentons-nous vivants en compagnie de INCA!

Je l’ai découvert grâce à la Comédie du Roi Arthur. Il est parmi les artistes sélectionnés par le Concours Talent Reborn 2018. Il a accepté de répondre à nos questions : on y ressent de l’humilité, de la passion.. J’apprécie beaucoup sa démarche artistique mais également son accessibilité, sa simplicité, la considération apportée à ses soutiens. Je tenais à le remercier pour l’attention qu’il a portée au blog, ainsi que Florence pour la confiance accordée! Je te propose de lire notre entretien :

INCA, diminutif de Fabien INCARDONA ? Pourquoi l’avoir choisi ?

J’ai choisi le nom d’artiste INCA qui est le diminutif de mon nom de famille INCARDONA car il y a quelques années j’ai fait un rêve où je me retrouvais devant le contrat de mon premier album, et au moment de signer un avocat me demande si mon nom d’artiste est bien INCA. Je me réveille à ce moment et je n’avais jamais pensé auparavant à ce nom, je l’ai donc pris pour un signe…

En lisant ta biographie, je vois que tu as commencé très tôt la musique : comment est-elle venue à toi ? Quel a été pour toi le “déclic” qui a permis de confirmer ton objectif professionnel ?

Chanter m’est venu naturellement très jeune et ce fut confirmé à mes 16 ans en quittant ma scolarité pour me concentrer pleinement à ma vie d’artiste. Je n’ai jamais voulu faire comme tout le monde, je me suis écouté, et je n’ai pas eu peur de me lancer pleinement dans ce que je voulais faire. Je savais que c’était le bon chemin, les années qui suivirent m’ont confirmé que j’avais fait le bon choix.

As-tu des influences théâtrales ? Musicales ? Est-ce ta démarche artistique de lier les deux arts ? Comment définirais-tu la musique ?

Le théâtre n’a jamais été étranger à moi, j’ai toujours pris des cours dans des ateliers et cela m’a beaucoup aidé dans les comédies musicales. Savoir interpréter des chansons c’est aussi savoir écouter ses émotions pour donner l’expression juste comme le ferait un acteur.

J’aime beaucoup la variété française dans ses racines, j’entends par là les grands artistes qui ont fait la gloire du paysage musical français de l’époque, je pense à Dalida, Balavoine, France Gall etc…Il est certain que les groupes comme Queen, The Doors ou encore Depeche Mode m’ont beaucoup influencé. Côté acteur, on peut clairement parler de Johnny Depp et Charlize Theron, que j’admire beaucoup.

Ma musique c’est un mélange de pop-rock électro. Toujours avec de grandes mélodies et des messages de vie, de spiritualité. Cela peut venir en aide à beaucoup de gens je crois.

Tu as participé à différentes troupes (Roméo et Juliette, La Légende du Roi Arthur). Quel genre de rôles jouais-tu principalement ? Ces expériences ont-elles constitué l’artiste INCA que tu es ?

Roméo et Juliette de Gerard Presgurvic et La Légende du Roi Arthur de Dove Attia, où j’ai pu incarner de grands rôles, Mercutio, Tybalt et Méléagant m’ont clairement permis d’éclairer en moi ma facette rock où l’on peut voir ma détermination et ce côté show-man, mais aussi ma sensibilité et ma folie artistique 😉

lldra.PNG
Affiche La Légende du Roi Arthur (source : incaofficiel.com)

Il est évident que ces expériences de spectacle ont constitué une influence majeure dans l’artiste que je suis aujourd’hui… Pour moi la scène c’est l’école de la vie. Même si rien a été facile car il a toujours fallu que je me batte pour faire naître l’artiste que je suis aujourd’hui, si c’était à refaire je repasserais exactement par les mêmes étapes. Être un vrai artiste c’est être à l’écoute de soi et œuvrer pour donner le meilleur de soi.

Tu as récemment sorti le single “Je me sens Vivant”. En regardant le clip, on ressent l’atmosphère grave, mais en t’écoutant, on semble écouter ce cri à la vie. Pourquoi avoir choisi ce thème pour ce projet ?

« Je me sens vivant » est le reflet de ma combativité pour la vie. J’entends par là que j’ai toujours choisi de ne pas écouter les schémas que la société  nous impose, qu’il est important de toujours garder le cap vers « ce que nous sommes » et non pas de suivre bêtement comme des moutons.

L’atmosphère lugubre du clip montre que même dans des parcours difficiles, la lumière finit toujours par trouver son chemin.

« Si la porte est fermée et tu n’as pas la clé, cherche et va vers la lumière »

Comment s’est passé ton projet, qui aurait sûrement réuni différentes composantes de métier ?

Pour ce projet « Je me sens vivant » qui je le rappelle a été possible grâce à tout le soutien de mes fans, j’ai fait appel à tous les amis avec qui j’ai partagé l’expérience du Roi Arthur.

Je pense à Thierry Vergnes le réalisateur du clip « Quelque chose de Magique », Carmen Arbues côté maquillage, Audrey Borca côté coiffure, une partie des danseurs du Roi Arthur en n’oubliant pas de citer Lili Felder qui s’est occupé de la chorégraphie dans « Je me sens vivant », Julien Lamassonne le réalisateur du making off, Gregory Deck le personnage du médecin, Julie Demont ma grande amie la contorsionniste et divinité que l’on peut voir dans le clip avec un masque et dans les teasers. Je pense aussi à mon grand ami Mike Dean et mon frère Seabast les auteurs de cette chanson et bien sûr mon pote Dino le réalisateur de l’univers musical INCA.

Il y a encore plein de monde que je n’ai pas cité ici mais chacune de ces personnes fabuleuses qui n’ont pas hésité à bosser avec moi sont dotés d’un grand talent et ont œuvré de façon magistrale pour ce projet. Merci à eux, ma famille, mes amis et mes fans qui sont toujours là.

C’est un partage humain et artistique et je crois, non j’en suis sûr, c’est la partie la plus belle de ce métier.

As-tu de futurs projets, événements auxquels on pourrait y participer ?

Côté actu, je serai en tournée dans toute la France pendant 2 mois à partir du 1er septembre en partenariat avec les magasins Cultura pour présenter mon EP « Je me sens vivant » qui je le rappelle sera disponible en septembre. La tournée se terminera par deux grands concerts le 2 et 3 novembre au Zèbre de Belleville à Paris.

Vous pouvez voir toutes les dates  de la tournée sur mon site officiel.

www.incaofficiel.com ou encore sur ma page officielle Facebook INCA.

Il nous arrive d’avoir des personnes qui souhaitent vivre de musique. Quel(s) conseil(s) pourrais-tu apporter ?

« Se sentir vivant » et vivre de ce métier n’est pas facile car il dépend chaque jour de notre volonté à « laisser derrière soi les échecs » mais qui en fait n’en sont pas, ce sont des leçons de vie pour avancer vers le meilleur.

« Être soi » c’est la clé…

mlj.PNG
Crédit photo : Maxime de Bollivier

La Billetterie des deux concerts les 2 et 3 novembre (Zèbre de Belleville, Paris) est disponible!  https://bit.ly/2JiY2dC

 

Réseaux Sociaux

Facebook : http://www.facebook.com/INCAofficiel

Twitter : http://www.twitter.com/INCAofficiel

Instagram : http://www.instagram.com/INCAofficiel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s