Ils aiment les refrains fédérateurs, les chœurs et les harmonies vocales. Ils ont en eux l’évidence de la mélodie addictive. En quatre années d’existence, ce quatuor bordelais a su hisser sa pop hybride à un haut niveau d’exigence, en balayant de nombreux courants : entraînant et moderne, le groupe a accepté de répondre à nos questions. Merci de l’intérêt porté au blog. 

Comment peut-on vous présenter à nos lecteurs ?

On est 4 dans le projet, tous originaires de Bordeaux, ville dans laquelle on a grandi. Notre musique est hybride dans le sens où elle mélange des sonorités électroniques avec des sons beaucoup plus bruts, plus acoustiques. Si on devait nous classer dans une catégorie ça serait peut-être « Indie Pop ».

Quelle est votre histoire, comment le groupe Tample est-il né ?

Au départ on répétait le soir pour s’évader et passer un moment ensemble et on a eu envie d’aller plus loin tout simplement.

Vous connaissiez-vous avant de former le groupe ? Jouiez-vous dans d’autres groupes auparavant ?

Nous étions amis bien avant de commencer le projet, c’est l’amour de la musique et cette amitié qui nous ont donné envie de lancer le projet. Nicolas aux percussions et clavier faisait partie d’un groupe de cold wave bordelais  ATOM et pour les autres ; Sam, Gerald et Fred il n’y a eu que le projet Tample.

Quelles sont vos influences musicales ? Et en quels mots pourriez-vous définir votre démarche artistique ?

Who Made Who, Isaac Delusion, Hot Chip : ces groupes jonglent habilement entre mélancolie et dancefloor mais de manière complètement différente. Notre projet s’inscrit dans cette mouvance avec notre singularité.
On est aussi influencé comme beaucoup de musiciens par des groupes très fédérateurs comme Franz Ferdinand, Phoenix, Justice, Tame Impala et bien d’autres…

Tample_presse_credit_Titouan-Massé_1_NB_HD.jpg
Tample – Titouan Masse

La mélodie est centrale dans notre musique, nous aimons les refrains fédérateurs, les chœurs, les harmonies vocales, les riffs de guitare etc. Mais cela ne peut fonctionner que si on arrive à exprimer quelque chose à faire jaillir des émotions et de proposer quelque chose de sincère et singulier, c’est ce qu’on essaye de faire.

Je vous ai découvert avec le titre « Chimera » : de quoi parle principalement le titre ?

Le morceau parle d’un jeune homme très rêveur qui manque de confiance en lui et qui a beaucoup de mal à rester dans le moment présent.

Il évoque ses émotions à la suite d’une rupture sentimentale. Il y a, dans la musique, une ambiance un peu nostalgique et chimérique, ouatée comme dans les rêves.

Pouvez-vous nous raconter l’histoire de ce morceau : la composition, le tournage du clip, la production, ..) ? Sans indiscrétion, où a été tourné le clip ?
C’est parti d’un riff que Fred, notre guitariste jouait en répète, en rentrant chez moi j’ai placé du chant par dessus (les ouhouhou) et testé un couplet qui pourrait suivre. Suite à ça, la répète d’après, on a essayé tous ensemble quelque chose en partant de cette base et tout le monde a amené sa patte avec son instrument et le morceau était là. Le clip a été tourné au Cap Ferret, pas loin de Bordeaux.
Quelles ont été vos inspirations pour ce morceau ? Quel message souhaitiez-vous apporter à travers ce titre ?
C’est surtout quelque chose d’instinctif, on a capté un moment qui nous semblait cool et on l’a développé. Après, pour les sonorités, on voulait quelque chose d’assez moderne donc inconsciemment on a été inspiré par les artistes d’aujourd’hui.

« Chimera » fait partie de votre premier album « Summer Light » : pouvez-vous nous le présenter en quelques mots ? 

« Chimera » est un morceau planant, évasif  avec une touche tribal et un refrain fédérateur qu’on espère entêtant.

Vous allez bientôt participer au Crossroads Festival. Connaissiez-vous déjà cet événement ? Y avez-vous déjà participé et qu’attendez-vous de ce rendez-vous ?

On a jamais participé au Crossroads Festival, c’est une première. On y va pour s’amuser, défendre notre album, et rencontrer de nouveaux programmateurs pour alimenter encore plus notre tournée.

Quel est votre rapport au live ?

Le live est essentiel pour une formation comme la nôtre avec quatre musiciens. C’est des moments de partage intense qui nous font vibrer. Même si pendant une période on est amené à jouer les mêmes morceaux, c’est à chaque fois un nouveau challenge au niveau de l’interprétation.
Tample_presse_credit_Titouan-Massé_2_coul_HD.jpg

Tample – Titouan Masse

On doit s’adapter aux conditions, au retour du public et c’est ce qui rend le live excitant.
Quels sont vos futurs projets et où pourra-t-on vous voir jouer bientôt ?
On prépare déjà de nouveaux titres pour, on espère, sortir un deuxième album rapidement. On est aussi en tournée en ce moment, et nos prochaines dates sont :
13/09 – Crossroads Festival
22/09 – Reeperbahn Festival à Hambourg (Allemagne)
26/10 – Rock school Barbey à Bordeaux
08/11 – Onyx Saint-Herblain
16/11 – Cabaret Vauban à Brest
22/11 – Café de la dans à Paris
15/12 – Le Camji à Niort

Réseaux sociaux : Facebook | Twitter | Youtube | Instagram|Soundcloud

Page artiste : https://www.crossroadsfestival.org/tample

On se laisse en musique avec Summer Light 🙂

Publié par andieofficiel

Étudiante 🇫🇷 Passionnée par la musique 💁 Kesterienne. 🎶🇨🇩

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s