Interview Tonyo : « Je me sens à ma place sur scène » – LBCMusique

A l’occasion de son concert à la scène du Canal (Paris), Tonyo m’a accordé du temps pour répondre à multiples de mes questions. Découvre un artiste authentique, passionné et prêt à tout pour la musique.

Peut-on s’avoir l’origine de votre nom de scène : « Tonyo » ?

En 2006, j’ai réalisé une maquette d’album autoproduit avec mon arrangeur Gilles Krulik. Pour ce projet « Eclectique », j’ai cherché un nom de chanteur. Comme mes amis m’appellent souvent « Tonio », j’ai décidé prendre ce nom de chanteur avec un Y à la place du i. Depuis 2008, je travaille sous ce nom pour des collectivités avec des spectacles de reprise de chanson française. J’ai bien sur gardé mon nom de chanteur pour l’album « Postures ».  J’utilise mon vrai nom, Antoine Smadja, pour ma carrière de comédien.

 

Saviez-vous que vous travailleriez dans le domaine musical ?

A 18 ans j’étais déjà passionné par la musique. Très vite, je me suis mis à écrire des textes et à composer. Il m’a fallu du temps,  une dizaine d’années,  pour comprendre que cette passion ne me lâcherait pas. J’ai alors fait trois années de formation à l’American school, au CIM et à l’école ATLA.

On vous a découvert grâce au titre : « le tour du monde ». Quelles ont été vos influences musicales ?

Mes influences sont très éclectiques. Enfant, j‘aimais les Beatles. Ado, j’ai flashé pour le disco et le funk. A 20 ans, c’était The Cure, U2, les Clash, le punk et la new wave. Ensuite le reggae et le ska. Steel Pulse, les Spécials, Madness. J’ai d’abord joué dans comme bassiste dans des groupes de reggae de ska.

Après, avec l’écriture de mes premiers textes, j’ai été ébloui par la grande chanson française et ses auteurs compositeurs de légende (Brel, Brassens, Trénet, Ferré, Gainsbourg, Aznavour…)

 Puis, sont venues les années les années de formation dans les écoles de musique où j’ai appris les standards de Jazz à la guitare et au chant et l’harmonie Jazz. Parcours qui m’a beaucoup inspiré et beaucoup appris.

Ce titre ferait-il partie d’un album/EP ? Pouvez-vous nous en dire plus ?

Le tour du monde fait partie de l’album « Postures ». Dans ce CD dix titres, sur des rythmiques pop-rock, funk ou jazzy, je propose mes textes poétiques. J’essaie d’être tour à tour rêveur, piquant, mélancolique ou insolent et de trouver à chaque morceau le style de musique qui va le mieux mettre en valeur tel ou tel texte.

 Dans cet album, il y a de vrais musiciens à chaque instrument. A la batterie Kevin Bédéjus, à la basse Alain N’Diaye, à la guitare Jean-Marc Debat, aux percussions Alexandro Guerrero, au piano Benoit Bessy. J’ai enregistré l’album aux studios HBS (Paris 10°) avec Frédéric Cormier comme ingénieur du son.

 

Vous allez performer à « la Scène du Canal » : comment vous sentez-vous sur scène ?

Je me sens à ma place sur scène. Je suis aussi comédien. En concert, j’aime proposer des interprétations originales. C’est l’endroit où la vérité et l’émotion peuvent passer le mieux et me représenter en tant qu’artiste avec toute avec mon esthétique musicale, mes convictions et ma poésie.

A quels événements aura-t-on l’occasion de vous voir ?

Le concert à La Scène du Canal est dans la continuité d’une bien agréable série de concert dédié à l’album postures (Le Sentier des Halles, Le KIbélé, Chez Adel, Le Schwa des artistes…). J’y jouerai aussi avec mon guitariste et mon pianiste quelques nouveaux morceaux dans une veine plus acoustique. Les concerts à venir mélangeront ces univers pour proposer un concert avec un répertoire plus large et des ambiances plus diversifiées. Actuellement je démarche des lieux en Île-de-France, notamment dans les départements 77, 95, 94 et dans Paris.

Retrouve Tonyo sur Facebook