[Musicalerte] Thibault Eskalt : nouveau clip « Quelqu’un qui m’entend » – LBCMusique

08 avril, journée ensoleillée mais fraîche. En pleine session d’examens, nous sommes nombreux à nous plonger dans la musique pour des révisions moins lourdes et attractives. Un instant : as-tu vu le nouveau clip Quelqu’un qui m’entend De Eskalt ? Si oui, c’est que tu as une longueur d’avance dis donc! Qu’en as-tu pensé ? Autrement, poses-toi un instant, les cookies sont sur la table : l’équipe va t’expliquer son analyse et ressenti face à cette situation. Belle découverte!

eskalt.jpg

Quelqu’un qui m’entend

Date de sortie : 08 avril 2019.
© Clip :  Thibaut Eskalt & La Mante Productions

Un décor maritime paradisiaque, nous nous retrouvons dans l’ombre, mais ne savons pas exactement quelle heure il est. Que se passe-t-il ?

Thibault Eskalt en pleine réflexion

Et nous voyons l’artiste apparaître. En plein voyage sentimental ? Réflexion ? Nous croyons entendre un cri de détresse, appuyé par la voix particulière de l’artiste : il se demande comment on peut l’entendre. L’accompagnement du synthétiseur et rythmiques approfondissent ce sentiment de tristesse et d’espoir.

Mon avis

La mélancolie est sans doute le thème que j’apprécie le plus, mais il faut remarquer que Thibault apporte une démarche innovante. Je ne sais pas si c’est le processus qu’il a entrepris dans ce single, mais cette chanson apporte un message marquant avec une forme particulière : nous sentir concerné par la situation présentée. On a l’impression d’être à l’origine d’un fait : on ressent cette douleur incompréhensible du début à la fin, puis quand la chanson se termine, on se demande « mais qu’est-ce qu’on peut faire ? Qu’est-ce qui nous a pris de ne rien voir cela autour de nous » ?  Cette chanson soulève des faits réels et existants dans la société : de l’avoir souligné en musique est une initiative respectueuse.

Nous sommes souvent confrontés à la solitude. Il existe des personnes qui en souffrent : faisons en sorte de les épauler afin de les soutenir et les aider à remonter la pente.

 

Qui est Thibault Eskalt ?

C’est sous le pseudo Eskimo que Thibault Eskalt fait ses armes dans les petites salles, les bars et dans le métro Parisien. En 2013, on l’aperçoit ainsi sur la scène des Trois Baudets à Paris. L’image, le son et les textes fusionnent déjà pour laisser entrevoir un univers onirique, spatial et envoûtant. Sa voix cristalline repose sur un jeu de guitare aérien, simple et magnétique. Les observateurs lui trouvent la sensibilité de Christophe mais aussi la puissance de Thom Yorke. En 2014, accompagné de deux musiciens, Thibault Eskalt se produit notamment au Gibus et au FGO Barbara pour promouvoir un EP numérique intitulé « Les désorientés ». À l’hiver 2015, il voyage beaucoup en Europe de l’est. C’est sur la route et dans le froid qu’il devient Eskalt. Plus tard, il retourne en France et s’installe à Lyon pour développer son projet. Il y apprend la batterie, le clavier, la MAO et perfectionne sa guitare.

Au même moment sort aux Etats Unis son titre « Je ne dors plus » sous le label New Yorkais Estime Records. Puis en 2016, après l’Islande, il rencontre Bidge, musicien, producteur et responsable des Studios La Mante à Paris. Le courant passe, les guitares s’envolent, les synthés s’installent, la batterie laisse place aux rythmes électro. Un premier EP « Scaphandre » voit le jour sur Soundcloud en 2017, posant les bases du suivant, « À la Fin », prévu pour fin 2018. Sur scène, le duo électrique foudroie le spectateur en l’immergeant dans un nuage de vidéos. Dès lors, les dates se multiplient : en première partie de Barbagallo à Lyon, au festival « seul en scène » à Saint Etienne, à l’OGIB à Paris ou encore au festival du Château Pontus de Tyard en Saône et Loire en passant par le Pic d’or à Tarbes.

Que va donner son prochain EP A la fin ? Affaire à suivre….

Retrouve Thibault Eskalt sur son Site Internet, Facebook, Youtube et encore SoundCloud.

 

Promotion : Multimediaxe