[Musicalerte] Nouveau clip « Caïds » de Léo Lalanne – LBCMusique

Après avoir présenté AMORT avec un clip qui illustre la confrontation entre l’élément féminin et masculin, Léo Lalanne a récemment sorti son clip Caïds.

3

Réalisateur : Christophe Ideal

Assistant réalisateur : Valentin Guiod

Scénographie : Agathe Reille

Productrice : Marie Garnier

Compositeur : Alix Bourgain

Enregistrement & mixage: Frédéric Vectol

Mastering: Mickaël RANGEARD

Studio : Kremlin

EP : en cours.

Comme une impression de retour à un ou plusieurs souvenirs : entre enfance solitaire, dualité avec la violence physique et verbale, l’auteur interprète évoque l’insécurité, la persécution, envers une personne masculine qui n’a que pour seule différence de se représenter comme un être féminin. Le clip présente ce personnage illustrant son récit poignant face aux violences : un récit engagé, mettant les réalités de l’homosexualité en avant.

« Vous êtes des mecs, des vrais, n’est-ce pas ? »

Le récit des agressions se dessine : crachats, coups, violence, « pour effacer le PD ». Qui en sont les bourreaux ? On pourrait s’attendre à des collégiens, lycéens ou même des adultes. Nous n’en savons pas plus. La description alarme l’auditeur, encore plus quand on entend l’insensibilité dans la voix du protagoniste : insensible, marquée par son allure droite et son regard est ferme. Un comportement qu’on pourrait définir comme un symbole de résistance, face à l’obsession des bourreaux : « éliminer la masculinité féminine ».

« L’humiliation sera récompense »

Pourtant, ces formes de violence endurées se transforment en une fascination : le fantasme d’un homme brutal.

 

Qui est ce personnage ?

On pourrait imaginer un homme au grand manque de confiance, qui a trouvé une échappatoire en partant loin, sans doute d’un quotidien infernal, d’une souffrance insupportable. Dans notre cas, l’histoire n’est pas terminée :

« Je ne suis muni que de deux jambes pour continuer ou m’arrêter… Jusqu’ici, vous ne m’avez pas eu. »

Le Caïds, c’est ce protagoniste qui en a fait de ses souffrances une force, qui malgré toutes ces agressions subies, continue d’avancer malgré toutes formes d’humiliations qu’il va subir : « alors venez jouer au plus fort ». Nous le voyons à la fin du clip assis sur une moto : nous entendons ce fameux bruit du moteur évoqué dans les paroles, semblant l’avoir marqué à jamais.

 

Ses inspirations ?

  • Léo Lalanne met des mots et images en musique. Il s’est inspiré de faits réels en mettant «en forme des mots. On observe pourtant des influences tournées vers Londres, la ville qui marque sa renaissance.
  • Sa forme d’écriture est poétique : il s’inspire de Cocteau, Ginsberg mais également passionné par le travail de Nan Goldin et Wolfgang Tillmans

Que le récit soit autobiographique ou non, on retient un message fort : « ne pas se laisser faire ». Léo tient une démarche engagée envers une cause où l’on devrait tous se retrouver : celle de s’aimer sans barrière, ni différence, et de s’accepter soi-même ainsi que les personnes qui nous entourent.

 

Qui est Léo Lalanne ?

Léo Lalanne, auteur et interprète français de 26 ans, originaire de Vendée est un artiste autodidacte. Après un baccalauréat professionnel, il a quitté la France pour Londres à ses 18 ans : c’est dans la capitale Britannique a constitué son éveil artistique et sa sensibilité. Léo s’est tourné vers le journalisme. Dans un premier temps autour de la mode puis très rapidement vers la musique, l’art, où il a pu interviewer des artistes comme Christine and the Queens et aussi nouvelle scène de la mode internationale. Il s’est ensuite orienté vers l’écriture créative avec une première série d’histoires courtes The Short Deconstruction of Love, publiées pour un média anglophone Berlinois.

000036 (1).JPG
Léo Lalanne

A son arrivée sur Paris en mars dernier, il ressent l’envie d’écrire en français et de mettre ses écrits en musique :

  • AMORT fut le prélude, comme l’esquisse de son approche musicale déclamatoire, récitative.
  • Il revient avec Caïds, premier single de son prochain EP, qui sortira plus tardivement cette année. On y retrouve sa force teintée de vulnérabilité qui infuse tout son travail. Son univers est ici soutenu par une musique électronique lancinante. Un récit de vie parlé, presque murmuré.