[Musicalerte] Nouvel album de Boule : « Appareil Volant Imitant L’Oiseau Naturel » – LBCMusique

unnamed (4).jpg

Boule

Boule nous revient le 24 mai avec son second album Appareil Volant Imitant l’Oiseau Naturel et une vaste tournée.
Date de sortie : 24/05/2019
Sortie chez Cholbiz / L’Autre Distribution
Aux manettes, on retrouve le duo Robin Leduc – Cyrus Hordé (Gauvain Sers, Revolver). À travers des anecdotes autobiographiques, Boule propose un récit décalé entre humour et émotion. Comme à son habitude, il pose un regard amusé et tendre à la fois sur les humains. Des chansons poétiques, parfois surréalistes, un jeu de guitare précis et riche en influences (Brésil, Grèce, Irlande…) porté par un ton original et réjouissant. De quoi colporter la bonne nouvelle : Boule est incontournable et son Appareil Volant Imitant L’Oiseau Naturel vaut le détour. Ce nouvel album au titre acronyme, Appareil Volant Imitant l’Oiseau Naturel, ouvre vers l’extérieur. Il installe le chanteur dans un écrin classieux et minimaliste, offre de discrètes percées électroniques et fait preuve d’une précision adéquate pour servir au premier plan cette voix si singulière.

Avec L’ours polaire, premier extrait du nouvel album, Boule incarne le bienveillant conscient de la méchanceté gratuite. A découvrir en vidéo.
Ce nouvel album au titre acronyme, Appareil Volant Imitant L’oiseau Naturel, s’ouvre vers l’extérieur. Un acte artistique prégnant pour quelqu’un contraint jusqu’alors de devoir gérer toutes les étapes de la création. Aux manettes, on retrouve le duo Robin Leduc – Cyrus Hordé (Gauvain Sers, Revolver) qui installent le chanteur dans un écrin classieux et minimaliste, offrent de discrètes percées électroniques et font preuve de la précision adéquate pour servir cette voix si singulière.

Avis de la rédaction

Subtil univers qui ne nous laisse pas insensibles. Boule sait aborder des thèmes sans offusquer ni blesser : il a les mots justes et sincères, et on s’attache facilement à l’artiste. Il sait décrire le quotidien de son entourage, toucher sans blesser.


Qui est Boule ?

Boule est le diminutif de patronyme Cédrik Boulard. Même s’il est coutumier d’échappées, tout le ramène à Rouen. Une ville dont les souvenirs jaillissent à chaque coin de rue et qui reste son point de chute en toutes circonstances.
L’enfance, d’abord. Sa grand-mère lui offre sa première guitare achetée au supermarché. Il a huit ans et ne sait pas encore que l’instrument deviendra son plus fidèle allié. Au collège, il découvre Les copains d’abord et ne sait pas, là encore, qu’il décrochera bien plus tard le Grand Prix Georges Brassens.
C’est alors qu’intervient Sanseverino. Au cours d’une édition du feu festival Le rock dans tous ses états à Évreux, Boule lui remet une maquette. Sanseverino le rappelle, le prend sous sa coupe, l’invite à effectuer ses premières parties. Parrainage artistique doublé d’une amitié solide. Cette rencontre fait sauter les verrous, l’encourage à autoproduire son premier album (Chansons vaches, 2006), et d’arpenter les routes hexagonales sansautre souci que d’être livré à lui-même.
Au même titre que Thomas Fersen, avec qui il partage un goût prononcé pour le bestiaire, Boule a l’art de raconter des histoires. Ancrées dans la tradition réaliste, ses chansons n’en oublient pas pour autant d’être de leur temps. Il y a aussi ses références à des personnages illustres comme Fantômas et Landru. Concernant le second, il lui a même consacré un spectacle pour lequel il a tourné pendant plus d’un an et demi.
Retrouvez son Faceboule, La chaîne de Boule et son compte Twitter