[Interview] Anthéa : grande passionnée de musique et scène

Posons-nous, et découvrons Anthéa, une jeune chanteuse dont on est immédiatement séduit par son talent, sa voix puissante et bien maîtrisée. Tous ces ingrédients font que cette jeune artiste de Saône-et-Loire a une remarquable signature vocale.

LBCMusique – Tout d’abord, qui est l’artiste Anthéa ?

Anthéa, c’est une jeune femme qui avait peur de chanter hors de sa chambre, mais qui a toujours eu une passion dévorante pour la scène et la musique.

 

LBCMusique – Jouez-vous d’un instrument de musique ?

Je pianote de temps en temps, mais je reste tout de même loin de Beethoven, ah, ah, ah…

LBCMusique – Comment avez-vous été attirée par le monde de la chanson ?

J’avais une petite télé dans ma chambre, quand j’avais 10 ans. Les chaînes ne fonctionnaient pas, mais j’avais un lecteur Divx dans lequel beaucoup de CD karaoké tournaient en boucle. Le moment qui a été un tournant décisif dans ma découverte de la musique et de la scène, c’est lorsque j’ai intégré la classe comédie musicale et la chorale de mon collège, en sixième. Ma professeure de musique de cette époque-là, Madame Agnès Moninot, que je remercie, a beaucoup contribué à me transmettre l’amour du chant.

Anthéa-sur-scene-LBCMusique
Anthéa partage sa passion musicale sur scène

LBCMusique – Avez-vous d’autres passions ?

Au moment où j’ai commencé à chanter, j’ai également commencé le dessin parce que j’étais fan de mangas. J’aime toujours autant dessiner même si la musique a pris le dessus.

LBCMusique – Quel est votre univers musical et de quelle manière le partagez-vous ?

 

J’ai un univers assez gospel, soul, un peu noir américain, mais je me suis essayée à d’autres styles, comme les chansons d’Angèle, de Daniel Balavoine…

« Nombreux », de la chanteuse Angèle, par Anthéa en « cover studio » :

 

LBCMusique – Que représentent pour vous la musique et le chant ?

C’est toute ma vie, les seules fois où j’ai essayé de m’en éloigner pour me concentrer sur des choses concrètes comme mes études, ça m’est revenu de plein fouet.

 

LBCMusique – Songez-vous à faire de la musique et du chant votre métier ?

C’est mon grand objectif de vie. Si j’en avais la possibilité, bien sûr, je foncerais.

 

LBCMusique – Quelles sont vos actualités artistiques à venir ?

Prochainement, j’ai un casting pour un concours de chant national. Je me suis également pré-inscrite à un concours franco-belge puis on m’a récemment présélectionnée pour un concours en région Côte-d’Or et un autre, plutôt connu en France, mais c’est encore secret ! Du côté des prestations : le 16 juin, je serai présente à la levée du drapeau de la langue des signes, le « Sign Union Flag », pour chanter « La Marseillaise » à l’Espace Tuilerie de Montchanin, accompagnée de personnes pratiquant le « chansigne », qui feront la traduction en langue des signes, et de l’harmonie de Montchanin. Le 5 juillet, je participerai au « Festiv’été », organisé par la commune de Montchanin et réunissant de nombreux artistes. Voilà mon agenda pour l’instant.

« At last », de la chanteuse Etta James, par Anthéa en « cover live » :

 

LBCMusique – Êtes-vous en train ou prévoyez-vous d’écrire et de composer vos propres chansons ?

J’écris actuellement, en cherchant encore les mots justes pour dégager les émotions que je souhaite partager.

 

LBCMusique – Dans le quotidien de votre vie de jeune adulte et d’artiste, y a-t-il une devise qui vous aide à avancer ?

« Rien n’est impossible ! ». Merci à ma maman !

 

LBCMusique – Pour conclure, une chanson vous tient-elle particulièrement à cœur et pourquoi ?

« Hallelujah » (Leonard Cohen). C’est ma chanson porte-bonheur, celle qui m’a permis de remporter ma catégorie lors de mon tout premier concours et qui m’a donné assez confiance pour progresser.

LBCMusique -Anthéa, merci d’avoir pris le temps de répondre aux questions de cette interview.

Avec un grand plaisir !

 

On se laisse en musique avec « Papaoutai », du chanteur Stromaë, par Anthéa en « cover studio ». Peut-on se dire à tantôt ?

 

 

 

 

Philippe Claude

© Photo portrait de couverture : Antoine Lauret