[Culturinstant] 5 trucs à écouter #1 – LBCMusique

Ah… Vous voilà.
Aujourd’hui, nous allons découvrir 5 trucs à écouter, voilà, c’est aussi simple que ce qu’indique le titre, y’avait pas besoin d’en faire des caisses.
Vous avez deux options, vous pouvez vous taper tout mon blabla avant chaque morceau, ou juste écouter les morceaux. Je ne vous en voudrai pas, l’important ici, c’est la musique !

Alors c’est parti, on commence tout de suite avec le numéro uno :

1- Again – David Sancious

David Sancious est un claviériste américain né en 1953 dans le New Jersey. C’est un homme de l’ombre, le genre d’ombre qui a bossé avec (liste non exhaustive) : Sting, Bruce Springsteen, Peter Gabriel, Aretha Franklin, Eric Clapton, Santana et… France Gall (oui, moi aussi, ça m’a surpris)

Ha ! Ça te la coupe, Marie-Kevin, hein ? Ton ombre à toi elle a bossé avec qui exactement ?
Un beau jour de 1979, David sort un album qui s’appelle “Just as I thought”, un album qui a été entendu par environ 100 personnes dans le monde selon des statistiques basées sur le fait que je n’en sais rien. Mais en attendant, je ne connais presque personne qui connaisse. Vous allez pouvoir vous la péter dans les soirées entre amis en étalant votre culture musicale impressionnante (Non, ne faites pas ça) !

Sur cet album plutôt Jazz Rock (un style pas forcément facile à aborder, mais on en reparlera sans doute), il y a une ballade qui s’appelle “Again”, avec Kabir Ghani au chant.
Ce morceau est un petit bijou, la voix est sublime dans sa simplicité, la mélodie, les arrangements, tout est excellent !

Ecoutez ce pont à 1:46, un modèle de placement rythmique et le père Kabir qui montre jusqu’où il peut aller avec classe.
Le seul truc qui me chagrine un peu, c’est ce son de violons synthétiques assez crade. Ah non, il y a aussi la fin du morceau qui dure trois ans pour pas grand chose. Mais ce n’est pas grave, il suffit de s’arrêter quand ça devient chiant et de remettre le morceau au début pour le réécouter et se refaire plaisir !

Aaaah… Que je vous envie, vous qui ne connaissez pas encore ce morceau, de le découvrir pour la première fois… Allez, c’est maintenant, c’est votre moment.

 

Trop bien, non ? Bon, ça a vieilli, en 79 on n’avait pas les mêmes moyens qu’aujourd’hui. Mais vraiment… J’adore ce morceau !

Allez, on passe au numéro svei (oui, je suis polyglotte)(non, c’est un absolument faux)

2- Roll to me – Del Amitri

J’ai découvert ce groupe en 1995 avec ce morceau-là sur une chaîne musicale américaine : le clip était totalement barré, les membres du groupes avaient collé leurs têtes sur des corps de bébé…

Je me rends compte que cette phrase hors contexte peut faire flipper… Mais vous verrez bien le clip, il n’y a rien de répréhensible, promis !

Alors Del Amitri, c’est un groupe écossais fondé en 1980, l’année de naissance de votre serviteur. Ils ont fait 6 albums, mais je n’en connais qu’un : “Twisted” que j’ai acheté lors d’un voyage scolaire en Floride. J’ai vaguement écouté les autres sans vraiment accrocher.
Mais pour Twisted c’est différent, l’album entier est génial ! Peut-être même que je lui consacrerai une chronique entière, l’avenir nous le dira.

Le son de cet album est très intéressant, la voix du chanteur a peu ou pas de reverb (en gros, de l’echo), ce qui lui donne un son très sec et tranchant. Les guitares sont également très mises en avant avec un son hyper percutant.
Sur Roll to me, par contre, ce n’est pas du tout ça (sauf la voix sèche), c’est un morceau plutôt Feel Good à base de guitares acoustique. La stéréo est très étrange, avec la voix totalement d’un coté, assez déstabilisant.
Je suis très fan des chœurs dans le refrain, les voix se mélangent superbement bien !
On écoute.

Un peu court à mon goût, j’ai généralement envie de l’écouter deux-trois fois avant de passer à autre chose.
Et là, tu te dis “Comment ça se fait que je n’ai pas entendu ça avant ?”
C’est parce que tes parents ne t’aiment pas, Jean-Alice. D’ailleurs, tu as été adopté.

3- Rita is gone – Marcus King Band

Vous pouvez penser que je ne parle que de morceaux du siècle dernier : du calme Nicole-Fernand, ça vient.
Marcus King est un petit jeune, il est né je-sais-pas-quand-j’ai-pas-trouvé-l’info, je crois qu’il avait 21 ans en 2015, ce qui donnerait 24 ans au moment où j’écris ces lignes. Bref, il n’est pas bien vieux. Mais quand on entend sa voix, on ne voit plus un jeunot ! Une voix magnifiquement cassée, pleine de caractère et d’âme, c’est assez impressionnant pour quelqu’un de son âge.

C’est aussi un incroyable guitariste en plus d’être le compositeur du groupe : si je parle de ce morceau parce que c’est comme ça que je l’ai découvert, mais il y a bien plus à découvrir de lui.

Je n’ai pas grand chose à dire de plus, écoutez ce groupe jouer dans une caravane… C’est la classe ! À partir de 4:20, on s’éloigne de la version album (qui est à écouter également), Marcus nous gratifie d’un chouette solo de guitare à 5:25.

Allez, on se remet du choc et on continue.

4- Memphis sun – Rival Sons

J’ai découvert ce morceau dans la BO d’un film qui ne m’a laissé presque aucun souvenir, à part la scène où le personnage principal marche au ralenti dans un couloir de son lycée (je crois) avec cette chanson en fond.
Après des mois de recherches, coordonnées par le FBI et les Illuminatis, il m’a été impossible de retrouver quel était ce film. Si vous m’aidez à le retrouver, je vous offre ma gratitude ! En temps normal, je pourrais aller jusqu’à vous offrir un Skittle rouge mais comme il me semble que ce film était nul… Déso.

Rival Sons est un groupe assez récent (2009) qui remet au goût du jour le rock des années 70 : ils sont clairement inspirés par Led Zep. Jay Buchanan au chant, et Scott “Seigneur de la Fuzz” Holiday à la guitare. Gros son de guitare, basse et batterie lourdes, riffs simples mais efficaces, du bon son à l’ancienne qui décrasse les oreilles. Avec un Jay à la voix rocailleuse capable de monter très haut, un Scott et ses guitares toutes plus classes les unes que les autres, Dave Beste à la basse et Michael Miley à la batterie, la formule fonctionne parfaitement, ça sonne et ça fait du bien à entendre. J’ai entendu certains dire que tout ça est assez artificiel. Non.
Je les ai vu en première partie de Lenny Kravitz : en fait, je suis allé au concert pour eux, Lenny Kravitz est cool, mais je ne me serais pas spécialement déplacé pour lui. Les 45 minutes pendant lesquelles ils ont joué étaient incroyables : il y a une énergie dans ce groupe qui est assez bluffante et ça s’entend sur leurs disques.
Je vous laisse apprécier.

Que dire, hein ? Rien, voilà.

5- So it goes – Hi-Lo Jack

Ce groupe est en fait le rassemblement de 3 groupes : Clyde Lawrence du groupe Lawrence (on en reparlera), Cody Fitzgerald de Stolen Jars et Dolapo (je n’ai pas son nom de famille) de DAP The Contract. Pour le moment ils n’ont sorti qu’un EP fin 2017, je ne sais pas s’ils feront autre chose ensemble, mais ils devraient !
Ce groupe, de par ses origines et univers différents, est assez étonnant mais ça fonctionne très bien : la douceur de Molly Grund (ancien de chez Stolen Jar, invitée sur ce morceau), le flow rapide et mélodique de Dolapo, et le mélange subtile des voix de Clyde et de Cody donnent un résultat que j’aime tout particulièrement.
Dans les choeurs, on entend aussi Gracie Lawrence, la petite soeur de Clyde (on en reparlera aussi).
Voilà donc un morceau qui sent bon l’amitié et le plaisir de faire de la musique ensemble. C’est assez touchant, en fait 🙂

C’est tout pour aujourd’hui : si cette chronique vous plaît, partagez-là, ça ne coûte pas cher, puisque c’est gratuit. Sinon on se retrouve pour la prochaine qui sortira quand elle sortira.

Je suis toujours à la recherche de nouvelles choses à écouter, n’hésitez pas à me faire découvrir des trucs dans les commentaires.

Prenez soin de vous.
Oui, toi aussi Armand-Simone.

Bisous,
Tom