[Exclu] [Entrevue] Entrevue avec AleyNa : « Il est impossible pour nous d’accepter de se formater. »

AleyNa, c’est un duo Pop/Rock fondé en 2010 à Bordeaux : inspiré musicalement des différents mouvements rock et grunge des années 90, c’est dans les écrits d’Alain Bashung et Stephan Eicher que le duo se reconnaît le mieux. Signé très tôt sur le label LGSR, vous les connaissez sans doute grâce aux célèbres titres « A part toi » et « Je n’ai plus peur ». A la sortie de leur clip « Tatouages », issu de leur prochain album « Le Chant des légionnaires », Sabrina a donné de son temps pour enrichir notre culture : je ne peux que la remercier pour l’attention portée à notre média.

LBCMusique-A qui doit-on votre nom de scène : AleyNa ?

Même si aujourd’hui, je suis seule à l’image, AleyNa est un duo que je forme avec Loïc. Il s’occupe depuis le début des textes, des clips et de la basse. Le nom devait donc être à la fois féminin mais aussi un nom de groupe comme Dolly a pu l’être à l’époque. AleyNa, on l’a choisi autant pour le côté mystique que pour le côté multi-culturel que ça peut inspirer. C’est un nom qui ne ferme aucune porte.

 

LBCMusique-A vous écouter, on entend différents univers : rock, pop, parfois un peu de folk (sauf erreur de notre part). Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Tu as raison, nous restons dans le rock mais on s’autorise toujours à digresser autour. Musicalement, mes inspirations sont Guano Apes pour le charisme de la chanteuse, A Perfect Circle pour les sonorités sombres progressives et Rage Against The Machine pour l’efficacité des riffs. Loïc aura pour référence des artistes qui sont attachés au texte : Alain Bashung, Stephan Eicher, l’ancien groupe féminin français Subway.

 

LBCMusique-Vous êtes fervents défenseurs des droits et la communauté LGBTQ : peut-on se dire si, en 2020, nous avançons dans la bonne direction d’acceptation de tous en France ?

On avance, c’est évident. Dans la bonne direction, c’est le temps qui nous le dira. Parce que nos combats amènent en face des extrêmes qui n’ont aucun problème avec les fake news et la violence.

20191212_Aleyna_Cyber (1)
AleyNa

Aujourd’hui, l’échange est de moins en moins possible. On est vraiment sur une confrontation entre deux visions. Pour autant, je vois bien que nos droits progressent et j’espère vraiment que le mot « différent » n’aura bientôt plus sa place quand on parlera d’aimer.

 

LBCMusique-On vous découvre avec “Tatouages” : après un formidable album “La gloire des résistants”, qu’avez-vous souhaité partager à votre public dans ce clip ?

Nous sommes très attachés au monde du tatouage. Aux valeurs humaines et créatives qu’il transmet. Il y a aussi toute l’idée rock, métal.

 

Le clip reste simple car nous sommes des indépendants aux moyens limités. Mais le message est là : nous sommes une famille avec notre code d’honneur et nos valeurs. Le tatouage n’est pas une mode, c’est un état d’esprit.

 

LBCMusique-Comment s’est porté le projet (composition, tournage, …) ?

Pour cette chanson, j’avais composé depuis un moment le squelette musical. Loïc m’a apporté le texte « Tatouages ». Je réfléchis ensuite au chant, souvent en enlevant des mots, parfois des lignes entières. Il vient ensuite réécrire le texte pour coller parfaitement à la ligne de chant tout en gardant le message.

IMG_4595.JPG
AleyNa

Le clip a été tourné en trois jours dans différents lieux qui nous semblaient importants : le salon de tatouages de Noksi et les murs du collectif de Darwin à Bordeaux. Nous avons aussi eu la chance d’avoir une partie de l’équipe des « Horse Machine » (célèbre club de Harley Davidson en Gironde). Un grand plaisir pour nous. Loïc s’est occupé de l’ensemble de la réalisation et du montage final.

 

LBCMusique-“Tatouages” fait partie de votre prochain album “Le chant des légionnaires” : aurait-on un fait inédit à partager ?

On avait d’abord décidé que ce nouvel album serait plus acoustique et intimiste. On a donc enregistré six chansons en quelques mois en studio. Et puis, une nuit, j’ai tout jeté. Parce que c’est impossible pour nous d’accepter de se formater. Nos messages, nos valeurs passent avant tout. Nous sommes un groupe de rock qui chante en français. Au 21ème siècle, c’est presque une hérésie. Mais c’est ce que nous sommes.

 

LBCMusique-Nous arrivons à la fin de l’entrevue : quel serait ton dernier mot pour nos lecteurs ?

Je les remercie sincèrement d’avoir encore le courage, la curiosité et la foi de lire des contenus de qualité comme celui de LBCMusique pour découvrir de nouveaux artistes. A une époque où tout va trop vite, où personne ne prend le temps de la curiosité, c’est beau. Dire aussi que c’est eux nos messagers. Les grandes radios nationales ne viendront jamais nous voir. C’est eux qui porteront nos musiques.

20191212_Aleyna_Smoke (3)